Stratégie énergétique des Îles-de-la-Madeleine : de la planification à la mise en œuvre

 

Capture d_écran 2017-06-28 à 11.42.26
Stratégie énergétique des Îles-de-la-Madeleine adoptée le lundi 12 juin 2017

Havre-aux-Maisons, le 28 juin 2017 L’AMSÉE salue la publication de la Stratégie énergétique des Îles-de-la-Madeleine 2017-2025 par la Communauté maritime des Îles (CMÎ) et offre sa collaboration à sa mise en œuvre. Le territoire dispose maintenant d’objectifs, de cibles et de mesures, il s’agit là de gains véritables pour la collectivité. Le document est accessible, vulgarisé et agréable à consulter, aussi l’AMSÉE invite les citoyens et organisations à en prendre connaissance. L’AMSÉE reconnaît également de nombreuses propositions qu’elle a soumise à la CMÎ et à sa commission et s’avoue emballée par certains éléments tels que : plateforme d’autopartage en 2018, révision de la réglementation des bâtiments pour faciliter l’autoproduction et l’efficacité énergétique, l’organisation d’un événement majeur en énergie aux Îles en 2018 et la volonté énoncée d’outiller et de dynamiser le milieu.

 

L’AMSÉE qualifie toutefois les cibles de la Stratégie énergétique des Îles-de-la-Madeleine de réalistes mais peu ambitieuses. Lire la suite

Qu’est-ce que ça mange une planification énergétique communautaire?

Lors de leurs interventions au BAPE, les représentants de l’AMSÉE, qui a participé à la consultation du 3 mai 2017 et présenté un mémoire, ont référé à plusieurs reprises à une « démarche QUEST » ou une planification énergétique communautaire.

Quality Urban Energy Systems of Tomorrow (QUEST) est un « organisme collaboratif à but non lucratif qui fait la promotion de la recherche, de l’engagement et de la mobilisation dans le but de faire évoluer les collectivités du Canada afin qu’elles deviennent des collectivités écoénergétiques intelligentes ».

Il s’agit d’un projet, associé d’une démarche, qui cherche à outiller les collectivités afin qu’elles puissent contribuer à la réalisation des objectifs nationaux de lutte contre les changements climatiques et de transition énergétique, tout en stimulant le développement économique de ces collectivités.  Il existe, au Québec, un ensemble robuste de lois, de règlements et de procédures afférant à l’élaboration d’un Plan Énergétique Communautaire (PEC) ou Community energy plans, ainsi que plusieurs sources de financement possibles. Il est important de pouvoir mobiliser l’ensemble de ces outils pour naviguer les hautes eaux de la transition énergétique. Plusieurs grands centres urbains au Québec ont procédé dans ce sens, dont les villes de Québec et Longueuil, ainsi qu’un bon nombre de plus petites communautés, comme Bromont et Plessisville.

Une proposition ambitieuse, crédible et inclusive

Ambitieuse : QUEST vise à ce que 100% des collectivités canadiennes soient à l’étape de mettre en œuvre un Plan Énergétique Communautaire local en 2030. Rien de moins!

Crédible : Pour faire progresser les communautés vers ces objectifs, QUEST met à profit l’expertise collaborative de plus de 10 000 intervenants, à travers le pays. 200 Plans Énergétiques Communautaires ont déjà été réalisés au Canada. Ceux-ci regroupent des communautés représentant plus de 50% de la population canadienne, incluant tant des très grosses et très petites municipalités.

Inclusive : En demeurant un animateur objectif, la participation de QUEST permet d’intégrer sur un pied d’égalité l’ensemble des parties prenantes d’un contexte énergétique local, en misant surtout sur l’implication des populations.

Consulter le rapport d’impact 2016 pour connaître les retombées après dix ans de travail et de mise en oeuvre partout au Canada.

QUEST vision-01

Étapes de démarche d’implantation d’un PEC :
– Identifier les défis et facteurs de succès locaux;
– Définir un modèle d’affaires qui saura être bénéfique pour l’ensemble des acteurs gouvernementaux, des fournisseurs d’énergie, des propriétaires fonciers et des autres parties prenantes civiles ;
– Développer la capacité d’action des intervenants locaux en misant sur une collaboration efficace;
– Bâtir une communauté d’action locale autour de cet enjeu, en mettant à profit l’ensemble de l’expertise et des compétences ( collective intelligence) développés dans ce domaine.

QUEST apparaît donc comme un intervenant reconnu, accrédité et crédible dans le domaine de la transition énergétique juste. Pour l’AMSÉE, c’est une belle occasion de sortir les Îles de la Madeleine de leur pétro-dépendance tout en considérant les opportunités économiques d’un tel projet. QUEST vise en effet, à soutenir les intervenants locaux dans le développement de leurs capacités de mise en œuvre. Il ne s’agit pas de les remplacer dans ce processus, mais de les aider, en reconnaissant l’énorme complexité de ce domaine et la situation particulière de notre milieu insulaire.

Selon l’AMSÉE, la participation du groupe QUEST permettrait à la Communauté Maritime des Iles de la Madeleine de se concentrer sur ses tâches de gestionnaire du bien collectif en lui enlevant le poids de développer toute seul l’expertise pointue nécessaire à cette démarche. De plus, l’implication d’un intervenant externe et objectif peut aider à identifier les défis potentiels de la mise en œuvre et modérer les négociations entre les diverses parties prenantes – dont la Municipalité elle-même.  Enfin, ce projet pourrait être financé en majeure partie par des fondations intéressées par la planification énergétique communautaire. Le Ministère de l’Énergie et des Ressources Naturelles (MERN) pourrait être également intéressé et interpelé pour aider à une telle démarche.

Une démarche de planification énergétique communautaire intégrée telle que le propose QUEST serait bénéfique pour l’archipel des Îles de la Madeleine et favoriserait la cohésion des intervenants locaux. La CMI a déjà démontré beaucoup de leadership dans ce domaine, en allant par exemple chercher l’information nécessaire pour la prise de décisions (rapport Dunsky). Il est temps de mettre cette information à profit à travers une démarche de planification participative et transparente, qui saura optimiser la contribution de tous. L’invitation est donc lancée aux instances municipales, à Hydro-Québec, et aux différents partenaires du milieu à intégrer une planification énergétique communautaire dans la stratégie énergétique à venir.

QUEST

Lisez le mémoire de l’AMSÉE remis au BAPE sur les enjeux de l’éolien sur la Dune du Nord

L’AMSÉE a déposé son mémoire à la consultation… le 23 mai, soit la date limite pour soumettre les commentaires dans ce cadre de la consultation publique sur les enjeux liés à l’implantation d’éoliennes dans l’habitat floristique protégé de la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine.

L’AMSÉE est plutôt satisfaite de l’intérêt suscité par cette question et souligne la bonne couverture médiatique de l’évènement. En effet, en plus de la cinquantaine de participants à la soirée du 3 mai dernier et les auditeurs du direct, des émissions de radio, des articles sur les réseaux sociaux et dans la presse locale ont permis de rejoindre des milliers d’autres personnes. autre version

Pour consulter le mémoire de l’AMSÉE, nous vous invitons à cliquer sur le lien pour découvrir l’analyse des « cinq A », connaître notre position sur le sujet et lire les différentes recommandations formulées pour l’avenir énergétique de l’archipel.

Après l’étude de ces mémoires, le commissaire du BAPE déposera son rapport sur le projet au plus tard le 3 juillet. Avant ou après la publication publique du rapport, le ministre de l’Environnement, David Heurtel, devrait par la suite annoncer son orientation. En parallèle, le projet devra être déposé à Hydro-Québec au plus tard le 10 octobre prochain par les promoteurs privés ayant répondu à l’appel de proposition de la Régie inter municipale de l’énergie Gaspésie-les Îles de la Madeleine.

En attendant, l’AMSÉE est satisfaite de voir que des mesures sont déjà introduites pour prendre en compte les préoccupations des madelinots avec la mise sur pied d’un comité de liaison. L’AMSÉE appuie cette démarche et propose alors son entière et sincère collaboration pour favoriser la mise en place de ce lieu d’échange.

Une séance d’information devrait bientôt avoir lieu pour former le comité et préciser les finalités. À suivre.

Comment les Madelinots seront consultés le 3 mai sur les enjeux liés aux éoliennes

AMSÉE_BAPE_éolien
Adaptation libre de la carte d’Activa Environnement, page 45 du documentDA$ de la consultation du BAPE sur les enjeux liés à l’implantation d’éoliennes dans l’habitat floristique protégé de la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine

Le Ministre Heurtel a demandé une consultation sans précédent au Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) pour l’orienter sur la demande de dérogation qu’il a reçue quant à l’implantation d’éoliennes en milieu dunaire. Le 3 mai,  les Madelinots seront consultés sur les enjeux liés à l’implantation d’éoliennes dans à la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine. Quels seraient les impacts des éoliennes au site visé sur les espèces vulnérables? Sont-ils importants? Comment les réduire ou les éviter? Existe-t-il des alternatives? Les avantages environnementaux du projet supplantent-ils ses inconvénients? Ces questions sont légitimes, l’AMSÉE se réjouit de cette consultation et ne ratera pas l’occasion d’élargir le débat pour y aborder la question de la transition énergétique de l’Archipel.  

Mais attention! Il ne s’agit pas d’un « BAPE » comme on les connaît, mais bien d’une « consultation menée par le BAPE ». En effet, rien n’obligeait le Ministre à soumettre au BAPE la présente demande de dérogation à la protection de l’habitat du corème de Conrad. Le déroulement de cette consultation sera donc différent de la formule habituelle du BAPE. Voici les informations que l’AMSÉE a obtenues auprès du BAPE quant déroulement attendu :

  • La consultation aura lieu le mercredi 3 mai à 19h, à la Salle communautaire située au 460, chemin Principal, à Cap-aux-Meules.
  • La consultation se tiendra en un seul temps. La séance d’information n’étant pas distincte de l’audience publique, les citoyens et organisations recevront l’information et poseront leurs questions la même soirée que celle où ils devront s’exprimer sur ces enjeux…
  • Cependant, la documentation est disponible dès maintenant en ligne sur le site du BAPE et en version papier à la bibliothèque Jean Lapierre. Consultez-la!
  • En début de soirée, le commissaire, Monsieur Pierre André, tiendra un discours d’accueil présentant le mandat et le déroulement de la consultation. Ensuite, le MDDELCC et la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine feront chacun une présentation d’environ 15 minutes.
  • Vous serez invités à poser vos questions et à donner votre opinion après la pause en vous inscrivant sur place au registre. Vous ne pouvez manifester votre intention d’intervenir avant cette soirée.
  • La période de questions ne sera pas distincte de la période d’opinions, les interventions se dérouleront selon l’ordre d’inscription au registre.
  • Les interventions de type « question » seront limitées à 2 questions par intervention.
  • Les interventions de type « opinion » seront limitées à 5-7 minutes chacune.
  • Vous pourrez cependant vous réinscrire au registre pour reprendre la parole.
  • La soirée débute à 19h et il n’y a pas d’heure de fin prédéterminée. Si la séance devait se prolonger en raison d’inscription massive au registre, le commissaire pourrait décider de convoquer une séance supplémentaire le 4 mai en après-midi ou en soirée.
  • Si vous prévoyez présenter un diaporama ou un document audio-visuel, vous ne pourrez l’acheminer avant la séance, vous êtes plutôt invités à vous présenter sur place à l’avance et à aviser l’équipe technique de votre intention.
  • Vous aurez ensuite jusqu’au 23 mai pour faire parvenir votre opinion écrite ou mémoire à la commission.

Que vous soyez avides d’énergie éolienne ou fervents défenseurs de la conservation de la nature, tantôt préoccupés par le corème de Conrad, tantôt par les gaz à effet de serre émis par notre centrale au mazout, nous comptons sur vous pour venir vous exprimer à cette consultation, quelle que soit votre opinion!

Il est temps que le choix d’implanter des éoliennes en milieu dunaire aux Îles-de-la-Madeleine soit discuté publiquement, que les impacts positifs et négatifs de ce projet énergétique soient questionnés, approfondis et assumés collectivement.

On vous attend, passez le mot!

Une Heure pour la Terre: mobilisation et mobilité!

Le 29 mars 2017, nous étions à CFIM à la chronique 1/4 d’heure pour l’environnement, pour faire le bilan de l’activité d’envergure mondiale: Une heure pour la Terre. AMSÉE_2017_transport V3http://earthhour.fr/

Bien qu’éteindre les lumières soit une action simple et concrète, cet évènement nous sensibilise à adopter des gestes écologiques au quotidien. Car, ensemble, nous pouvons avoir un impact positif!

Pour le démontrer, nos deux intervenantes de l’AMSEE, Camille et Nata, nous proposent leur témoignage et analyse sur notre capacité à réduire nos gaz à effet de serre aux Îles en repensant nos mobilités. En effet, les secteurs de transport des personnes et marchandises sont des gros consommateurs d’énergie fossile. Nous avons des solutions technologiques comme des voitures électriques ou des panneaux solaires sur des toits de bus ou de bateaux de pêche. Mais nous avons aussi des innovations sociales comme l’autopartage ou l’organisation pratique et instantanée de nos transports.

Pierre-Luc, animateur radio, a volontiers accepté l’invitation de Camille à essayer sa Smart 100% électrique. Nous avons parcouru l’Étang du Nord et sommes allés essayer la borne électrique située à côté de la centrale d’Hydro-Québec. Il y a près d’une dizaine de propriétaires de ce modèle aux Îles. Le modèle semble bien adapté à nos habitudes de transport sur l’archipel, comme pour les courtes distances, et même l’hiver. Pour seconde voiture, ou pour une entreprise, cela vaut le coup compte tenu des nombreux incitatifs pour l’acquisition de véhicule ou de borne.

Aussi dans l’émission, Nata nous explique le concept de mobilité participative en prenant l’exemple de plateformes comme Uber ou Communauto qui mutualisent les biens et les services. Comme l’hôpital de l’archipel et les taxis hybrides, nous pouvons imaginer une flotte d’auto électrique dans toutes nos organisations.

Et oui, Pierre-Luc a bien fait de nous le rappeler: même aux îles, il y a un réel gain énergétique, environnemental et économique à utiliser l’électricité produite par la centrale au mazout pour recharger l’auto, comparé à utiliser de l’essence dans son moteur à combustion.

Bonne écoute!

 

Pour d’autres conseils: http://earthhour.fr/page/les-conseils-du-dr-procrastination