L’AMSÉE appuie la démarche de Nature-Québec

L’AMSÉE a pris connaissance d’une lettre cosignée par Nature Québec et par une citoyenne des Îles-de-la-Madeleine, adressée à la Ministre du développement durable, de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques (MDDELCC), concernant le développement éolien en habitat protégé. Pour les raisons développées dans son mémoire – et compte-tenu du scénario énergétique de raccordement finalement retenu par Hydro-Québec – l’AMSÉE appuie cette lettre et le communiqué de Nature Québec, émis le 3 juillet 2018. L’AMSÉE continue toutefois à voir d’un bel œil le développement des énergies renouvelables telles que l’éolien, ailleurs sur l’archipel ou en mer, et reconnaît la contribution de bonne foi des partenaires du projet à la réduction des impacts environnementaux du parc éolien de la Dune-du-Nord.

Continuer la lecture

Transition et sécurité énergétique: l’AMSÉE accueille favorablement l’annonce du raccordement par câble avec maintien de la centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine

Havre-aux-maisons, 25 mai 2018 – L’AMSÉE accueille très favorablement la nouvelle du raccordement des Îles de la Madeleine au réseau intégré de Hydro-Québec par câble sous-marin.

« Cette option semble fort avantageuse au niveau environnemental, puisque le régime actuel émet au moins 130 000 tCO2/an et consomme pas loin de 40 000 000 L de mazout/an. Le couplage avec une centrale thermique d’appoint apparaît aussi positif sur le plan de la sécurité de l’approvisionnement, ainsi qu’au niveau socio-économique, les emplois étant garantis selon Hydro-Québec » affirme Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE. Elle se réjouit aussi de l’annonce d’une vitrine technologique sous forme de micro-réseau sur l’archipel, laissant la porte ouverte à l’innovation et au remplacement éventuel de la centrale d’appoint. « En effet, les risques liés à la gestion des hydrocarbures, bien que réduits par le raccordement, demeurent actifs en présence d’une centrale au mazout. Aussi, la rentabilité globale du projet de raccordement avec centrale restera à être démontrée auprès de la Régie de l’énergie et la population devra être dûment consultée » ajoute-t-elle. En effet, l’organisme revendique depuis longtemps la création d’un espace de concertation relative à la transition énergétique.

L’AMSÉE demande, cependant, que tout changement apporté aux mesures incitatives (PUEÉ et mesurage net) dans le réseau autonome des Îles-de-la-Madeleine (chauffage au mazout et au propane, tarif d’autoproduction, etc.), soit planifié sur une période d’amortissement prévisible, afin de respecter les investissements des clients et des entrepreneurs locaux. « Nous souhaitons qu’un accompagnement des entreprises et travailleurs des secteurs pétro-dépendants vers des secteurs durables et diversifiés soit offert » affirme la porte-parole. « Même avec un câble, il faut continuer de supporter l’économie d’énergie, l’efficacité énergétique et la gestion de la pointe tout en intégrant le stockage et  les sources d’énergies renouvelables à faible impact, » affirme la porte-parole. Continuer la lecture

Jour de la Terre aux Îles-de-la-Madeleine

JOUR DE LA TERRE 2018 – Cultivons les collaborations

Les membres de l’AMSÉE et le kiosque du salon du Jour de la Terre aux Îles, avec panneau solaire, guirlande électrique alimentée par l’Électro-vélo, machine à hydrogène et diaporama de présentation. Crédit photo: Attention FragÎles

Le 23 avril dernier, l’AMSÉE participait au Jour de la Terre organisé au CEGEP des Îles-de-la-Madeleine. Le thème cette année mettait en avant les collaborations en environnement entre les divers acteurs du territoire. L’AMSÉE a ainsi présenté aux visiteurs plusieurs collaborations avec des partenaires comme Hydro-Québec, le Regroupement Vigilance Hydrocarbures Québec (RVHQ), la radio communautaire CFIM ou son commanditaire de panneau solaire, Alternateur Lola Chevrier. Ce fut aussi l’occasion de sortir l’ÉlectroVélo, parler et distribuer un dépliant sur l’autoproduction d’énergie solaire, et même de fabriquer de l’hydrogène!

Diaporama de l’AMSÉE présenté au kiosque du Jour de la Terre

L’AMSÉE a également profité du rallye organisé pour l’évènement en proposant pour le quizz, la question suivante: Quel est le nom de ce village, soutenu par des milliers de Québécois-es et de municipalités à travers le Québec et qui a fini par gagner son procès face à la poursuite de Gastem? Cette question a permis d’amener de belles discussions avec les étudiants qui pour la plupart n’avait pas entendu parler de cette victoire en termes de protection des ressources vitales et de justice.

Les participants au rallye se sont vus remettre différents prix, tirés au sort le soir même.

L’AMSÉE remercie les organisateurs, partenaires et commanditaires de l’évènement. Merci aussi aux journalistes de la radio communautaire des Îles CFIM et l’hebdomadaire le Radar d’avoir fait rayonner cet évènement dans la communauté:

  • La Table-ronde spéciale Jour de la Terre dans le cadre de l’émission Un quart d’heure pour l’environnement
  • L’article de la salle des nouvelles de CFIM
  • L’article du Radar avec un paragraphe sur l’AMSÉE

Banderole de l’évènement avec les logos des organismes participants

Le remplacement d’une énergie fossile par une autre ne saurait convenir à la transition des Îles-de-la-Madeleine

Image source: http://ici.exploratv.ca/blog-explorateur/le-monde/gaspillage-gaz-naturel

Havre-aux-Maisons, le 24 novembre 2017 La dernière Table d’échange entre Hydro-Québec (HQ) et la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine (CMÎ), visant à identifier les contraintes du milieu à inclure à l’appel de propositions « toutes sources » prévu pour 2019, se tiendra le 28 novembre prochain, au terme d’une année complète de démarche. Les soumissions déposées devront respecter ces contraintes, puis seront comparées au scénario de raccordement par câble avant que HQ ne fasse son choix de conversion. Les contraintes identifiées aux documents[1] rendus publics sont donc déterminantes dans le choix du prochain régime énergétique de l’Archipel.

Or, à première vue, les discussions à la Table d’échange semblent avoir porté essentiellement sur la protection des emplois directs et indirects liés à l’actuel régime. « Le document stipule que le projet de conversion ne doit pas engendrer d’impact négatif pour les industries existantes. Pourtant, maintenir artificiellement les secteurs liés aux hydrocarbures serait contraire à l’esprit-même de la transition et injuste envers tous ceux qui participent aux efforts de lutte ainsi qu’envers les générations futures. Nous recommandons plutôt qu’un accompagnement des entreprises et travailleurs des secteurs pétrodépendants vers des secteurs durables et diversifiés soit exigé » affirme Marianne Papillon, porte-parole de l’organisme.

Continuer la lecture