Qu’est-ce que ça mange une planification énergétique communautaire?

Lors de leurs interventions au BAPE, les représentants de l’AMSÉE, qui a participé à la consultation du 3 mai 2017 et présenté un mémoire, ont référé à plusieurs reprises à une « démarche QUEST » ou une planification énergétique communautaire.

Quality Urban Energy Systems of Tomorrow (QUEST) est un « organisme collaboratif à but non lucratif qui fait la promotion de la recherche, de l’engagement et de la mobilisation dans le but de faire évoluer les collectivités du Canada afin qu’elles deviennent des collectivités écoénergétiques intelligentes ».

Il s’agit d’un projet, associé d’une démarche, qui cherche à outiller les collectivités afin qu’elles puissent contribuer à la réalisation des objectifs nationaux de lutte contre les changements climatiques et de transition énergétique, tout en stimulant le développement économique de ces collectivités.  Il existe, au Québec, un ensemble robuste de lois, de règlements et de procédures afférant à l’élaboration d’un Plan Énergétique Communautaire (PEC) ou Community energy plans, ainsi que plusieurs sources de financement possibles. Il est important de pouvoir mobiliser l’ensemble de ces outils pour naviguer les hautes eaux de la transition énergétique. Plusieurs grands centres urbains au Québec ont procédé dans ce sens, dont les villes de Québec et Longueuil, ainsi qu’un bon nombre de plus petites communautés, comme Bromont et Plessisville.

Une proposition ambitieuse, crédible et inclusive

Ambitieuse : QUEST vise à ce que 100% des collectivités canadiennes soient à l’étape de mettre en œuvre un Plan Énergétique Communautaire local en 2030. Rien de moins!

Crédible : Pour faire progresser les communautés vers ces objectifs, QUEST met à profit l’expertise collaborative de plus de 10 000 intervenants, à travers le pays. 200 Plans Énergétiques Communautaires ont déjà été réalisés au Canada. Ceux-ci regroupent des communautés représentant plus de 50% de la population canadienne, incluant tant des très grosses et très petites municipalités.

Inclusive : En demeurant un animateur objectif, la participation de QUEST permet d’intégrer sur un pied d’égalité l’ensemble des parties prenantes d’un contexte énergétique local, en misant surtout sur l’implication des populations.

Consulter le rapport d’impact 2016 pour connaître les retombées après dix ans de travail et de mise en oeuvre partout au Canada.

QUEST vision-01

Étapes de démarche d’implantation d’un PEC :
– Identifier les défis et facteurs de succès locaux;
– Définir un modèle d’affaires qui saura être bénéfique pour l’ensemble des acteurs gouvernementaux, des fournisseurs d’énergie, des propriétaires fonciers et des autres parties prenantes civiles ;
– Développer la capacité d’action des intervenants locaux en misant sur une collaboration efficace;
– Bâtir une communauté d’action locale autour de cet enjeu, en mettant à profit l’ensemble de l’expertise et des compétences ( collective intelligence) développés dans ce domaine.

QUEST apparaît donc comme un intervenant reconnu, accrédité et crédible dans le domaine de la transition énergétique juste. Pour l’AMSÉE, c’est une belle occasion de sortir les Îles de la Madeleine de leur pétro-dépendance tout en considérant les opportunités économiques d’un tel projet. QUEST vise en effet, à soutenir les intervenants locaux dans le développement de leurs capacités de mise en œuvre. Il ne s’agit pas de les remplacer dans ce processus, mais de les aider, en reconnaissant l’énorme complexité de ce domaine et la situation particulière de notre milieu insulaire.

Selon l’AMSÉE, la participation du groupe QUEST permettrait à la Communauté Maritime des Iles de la Madeleine de se concentrer sur ses tâches de gestionnaire du bien collectif en lui enlevant le poids de développer toute seul l’expertise pointue nécessaire à cette démarche. De plus, l’implication d’un intervenant externe et objectif peut aider à identifier les défis potentiels de la mise en œuvre et modérer les négociations entre les diverses parties prenantes – dont la Municipalité elle-même.  Enfin, ce projet pourrait être financé en majeure partie par des fondations intéressées par la planification énergétique communautaire. Le Ministère de l’Énergie et des Ressources Naturelles (MERN) pourrait être également intéressé et interpelé pour aider à une telle démarche.

Une démarche de planification énergétique communautaire intégrée telle que le propose QUEST serait bénéfique pour l’archipel des Îles de la Madeleine et favoriserait la cohésion des intervenants locaux. La CMI a déjà démontré beaucoup de leadership dans ce domaine, en allant par exemple chercher l’information nécessaire pour la prise de décisions (rapport Dunsky). Il est temps de mettre cette information à profit à travers une démarche de planification participative et transparente, qui saura optimiser la contribution de tous. L’invitation est donc lancée aux instances municipales, à Hydro-Québec, et aux différents partenaires du milieu à intégrer une planification énergétique communautaire dans la stratégie énergétique à venir.

QUEST

Étude sur sites d’éoliennes aux Îles-de-la-Madeleine

Voici le lien vers l’étude Analyse multicritère sur l’implantation d’éoliennes aux Îles-de-la-Madeleine de Benjamin Maingueneau :

http://savoirs.usherbrooke.ca/bitstream/handle/11143/9440/Maingueneau_Benjamin_MSc_2016.pdf?sequence=1

On y trouve que le nord de Havre-Aubert pourrait accueillir des éoliennes en conformité avec les différents critères et contraintes, notamment la distance des bâtiments et l’impact sur le paysage.

Et vous, qu’en pensez-vous?

p.38:

Capture d’écran 2017-02-08 à 11.40.41.png

Un aperçu vu du ciel, pour mieux situer les sites d’intérêt identifiés (Google map & Maingueneau) :capture-decran-2017-02-08-a-23-08-14

Regard sur l’éolien aux Îles-de-la-Madeleine

amsee_2017_eolien

Pourquoi, au pays du vent, les éoliennes ne poussent-elles pas? Peut-on ériger des éoliennes en territoire exigu et sur un habitat protégé? Peut-on se permettre l’absence d’éolienne dans notre réseau autonome alimenté au mazout?

Marianne Papillon et Camille Heidelberger analysent la situation à l’émission L’heure d’ici le 8 février 2017: retour sur les faits, depuis la première éolienne verticale jusqu’aux rebondissements concernant l’actuel appel de proposition d’Hydro-Québec. Et que nous réserve le futur? Saurons-nous créer un lieu d’échange et d’information en énergie pour faciliter notre transition?

Téléchargez l’émission ici, écoutez de 1:19: à 1:35;

consulter l’étude de 2016 sur les sites d’implantation éolienne ici

et le rapport de la consultation publique en 2007 sur le développement de l’énergie éolienne aux Îles-de-la-Madeleine ici. 

Des nouvelles de notre assemblée de fondation!

 

crédit image: https://lc.cx/46bn
crédit image: https://lc.cx/46bn

Le 22 avril dernier, L’AMSÉE tenait son assemblée de fondation où étaient présentés lettres patentes et règlements généraux. Voici quelques faits saillants :

Nouvelle #1 : L’AMSÉE compte un nouvel administrateur, monsieur Léonard Chevrier, bien connu pour son expérience en auto-production d’énergie renouvelable et pour sa découverte et suivi du dossier des sites contaminés sur l’Archipel. Merci Léonard pour ton dévouement à la cause et bienvenue!

Nouvelle #2 : Les 3 membres fondateurs restent en poste au CA. Il s’agit de Marianne Papillon (présidente), Natalia Porowska (vice-présidente) et Jean-Michel Leblanc (secrétaire-trésorier). Merci pour votre implication et vive la continuité!

Nouvelle #3 : Il reste un poste à combler! Nous recherchons une personne qui aurait des compétences en gestion (financement, suivi de projet, …) ou en communication (correction, traduction, web, …) Des idées? Écrivez-nous.

Nouvelle #4 : Nos pistes d’action pour l’année à venir sont le soutien à l’auto-production d’énergie renouvelable, le développement du Prix AMSÉE en énergie, l’amorce d’une plateforme web de transport participatif et bien sûr le suivi de l’actualité énergétique ainsi que le financement l’organisme. Ça vous parle? Faites-nous signe, on cherche des alliés!

Nouvelle #5 : La cotisation des membres est fixée à 10$ (25$ pour les membres corporatifs). Visitez l’onglet « devenir membre » pour vos mises à jour.

Nouvelle #6 : L’assemblée de fondation s’est déroulée sous la bienveillante présidence d’Arthur Miousse. Cette importante étape légale a agrandi notre légitimité et notre pouvoir d’action. Nous pouvons maintenant poursuivre notre mission! Merci Arthur!