Archives par étiquette : véhicule électrique

Une Heure pour la Terre: mobilisation et mobilité!

Le 29 mars 2017, nous étions à CFIM à la chronique 1/4 d’heure pour l’environnement, pour faire le bilan de l’activité d’envergure mondiale: Une heure pour la Terre. AMSÉE_2017_transport V3

Bien qu’éteindre les lumières soit une action simple et concrète, cet évènement nous sensibilise à adopter des gestes écologiques au quotidien. Car, ensemble, nous pouvons avoir un impact positif!

Pour le démontrer, nos deux intervenantes de l’AMSEE, Camille et Nata, nous proposent leur témoignage et analyse sur notre capacité à réduire nos gaz à effet de serre aux Îles en repensant nos mobilités. En effet, les secteurs de transport des personnes et marchandises sont des gros consommateurs d’énergie fossile. Nous avons des solutions technologiques comme des voitures électriques ou des panneaux solaires sur des toits de bus ou de bateaux de pêche. Mais nous avons aussi des innovations sociales comme l’autopartage ou l’organisation pratique et instantanée de nos transports.

Pierre-Luc, animateur radio, a volontiers accepté l’invitation de Camille à essayer sa Smart 100% électrique. Nous avons parcouru l’Étang du Nord et sommes allés essayer la borne électrique située à côté de la centrale d’Hydro-Québec. Il y a près d’une dizaine de propriétaires de ce modèle aux Îles. Le modèle semble bien adapté à nos habitudes de transport sur l’archipel, comme pour les courtes distances, et même l’hiver. Pour seconde voiture, ou pour une entreprise, cela vaut le coup compte tenu des nombreux incitatifs pour l’acquisition de véhicule ou de borne.

Aussi dans l’émission, Nata nous explique le concept de mobilité participative en prenant l’exemple de plateformes comme Uber ou Communauto qui mutualisent les biens et les services. Comme l’hôpital de l’archipel et les taxis hybrides, nous pouvons imaginer une flotte d’auto électrique dans toutes nos organisations.

Et oui, Pierre-Luc a bien fait de nous le rappeler: même aux îles, il y a un réel gain énergétique, environnemental et économique à utiliser l’électricité produite par la centrale au mazout pour recharger l’auto, comparé à utiliser de l’essence dans son moteur à combustion.

Bonne écoute!

 

Pour d’autres conseils: http://earthhour.fr/page/les-conseils-du-dr-procrastination

 

 

À vos marques, prêts? Branchés!

Recharger sa batterie aux Îles-de-la-Madeleine… est-ce possible? Eh bien oui! Une borne de recharge publique et gratuite est en fonction sur l’archipel depuis le 31 juillet 2014. Ci-bas le communiqué officiel à cet effet.

VEGrande-Entrée, le 7 du mois de août 2014– L’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ), en collaboration avec l’auberge la Salicorne et Attention FragÎles est heureuse d’annoncer qu’une borne de recharge pour véhicule électrique est maintenant accessible au public dans l’Est de l’archipel madelinot.

Depuis quelques années, les Îles-de-la-Madeleine étaient déjà l’hôte de véhicules électriques et de bornes de recharge réservés aux employés d’une institution publique. Il s’agit maintenant d’une borne de recharge pour véhicule électrique accessible aux résidents et aux visiteurs des Îles-de-la-Madeleine.

La plupart des déplacements quotidiens habituels en véhicule électrique peuvent être effectués grâce à une seule recharge nocturne à domicile. Cependant, quand il s’agit de parcourir l’archipel d’un bout à l’autre, la recharge d’appoint peut être requise, d’où la pertinence d’installer une borne à une extrémité. Aussi, les visiteurs planifiant un voyage en véhicule électrique sur l’archipel auront besoin d’un accès à la recharge, idéalement sur un lieu d’hébergement.

Ainsi, la Salicorne est fière d’offrir un service de recharge gratuite aux utilisateurs de véhicules électriques via une borne CS40 de 30 ampères du réseau Éco Route Québec. Les notions de développement durable et de tourisme électrique collent aux valeurs de ce lieu d’hébergement et d’escapades. « La recharge implique que les utilisateurs de véhicules électriques doivent demeurer sur place pendant quelques heures. Un site comme celui de la Salicorne est donc un lieu de prédilection pour offrir restauration et divertissement à cette clientèle » commente Marianne Papillon, représentante régionale de l’AVÉQ. Lire la suite…

Recharger sa batterie aux Îles-de-la-Madeleine

(Billet original sur le site mpapillon.wordpress.com.)

Il n’y a rien de nouveau à venir aux Îles pour y recharger ses batteries. Mais recharger sa pile de voiture électrique pendant qu’on se la coule douce aux Îles, est-ce commun? Victimes des changements climatiques, les Îles-de-la-Madeleine n’auraient-elles pas un rôle à jouer dans l’électrification des transports au Québec?  Réflexion sur le déploiement de bornes de recharge en milieu insulaire en 11 questions & réponses.

Offre_61) Existe-t-il des bornes de recharge aux Îles-de-la-Madeleine? Non, nous n’avons présentement aucune infrastructure accessible au public pour accueillir les visiteurs en véhicule électrique (VÉ)  ni pour supporter les citoyens qui opteraient pour l’achat d’un VÉ. (Mise à jour: Oui! info ici)

2) Alors que font les utilisateurs de VÉ aux Îles? Ils doivent utiliser une prise résidentielle (110V, temps de recharge de 12-16h), la leur ou celle d’un particulier après entente. Ceci peut décourager les utilisateurs de VÉ à choisir les Îles-de-la-Madeleine comme destination. Et les utilisateurs locaux potentiels, faute d’un réseau de recharge adéquat, se tourneront plutôt vers le véhicule à essence.

3) Quelle est l’autonomie de route des VÉ? Variant selon le modèle et l’année, les VÉ ont une autonomie de 100 à 500 km. Par contre, s’il fait froid, si le vent est contraire, si le relief est accidenté ou encore si la vitesse de conduite est élevée, la pile se déchargera plus vite. À noter qu’il en est de même pour les véhicules à combustion qui consomment alors davantage d’essence. L’archipel des Îles-de-la-Madeleine fait environ 90 km d’Est en Ouest. Les petites distances à parcourir pour couvrir l’Île en font un lieu de prédilection pour le développement du transport électrique.

4) Oui, mais l’électricité polluante des Îles-de-la-Madeleine (produite par centrale thermique au mazout) n’annule-t-elle pas les gains environnementaux du VÉ? Un véhicule doté d’un moteur électrique est efficace à 94 % en comparaison à 20 à 35 % pour un véhicule à combustion. Ainsi, l’énergie consommée par le véhicule à combustion est perdue de 65 à 80 %, celle-ci n’étant pas récupérée pour la propulsion même du véhicule. Cette énergie gaspillée s’échappe donc sous différentes formes, soit en chaleur, friction ou combustion incomplète des hydrocarbures. Ainsi, même si un VÉ est alimenté par une centrale au mazout (où les pertes énergétiques sont d’environ 60%), il n’en demeure pas moins que son utilisation est plus avantageuse au niveau des GES que la plupart des véhicules actuellement en circulation.

Voici une adaptation libre du graphique de Pierre Langlois («Rouler sans pétrole»)  qui illustre qu’en rechargeant une voiture électrique avec une centrale au mazout on n’émet pas plus de CO2 qu’une voiture qui consommerait 5 litres/100 km. Dans ce graphique, les émissions sont calculées de la terre aux roues pour une voiture électrique rechargée dans différentes centrales. Les lignes horizontales indiquent les émissions pour différents types de véhicule à essence. Lire la suite… 

CO2_VE_Centrales