Archives par étiquette : sécurité

Une lettre pour le climat

L’AMSÉE est signataire de cette lettre adressée au Premier Ministre du Canada et aux premiers ministres des provinces et territoires.

 

Capture d’écran 2016-03-04 à 10.02.44Ottawa, le 3 Mars 2016 – Une coalition d’organismes environnementaux et d’organismes de justice sociale qui représente des centaines de milliers de Canadiens demande que les leaders fédéraux, provinciaux et territoriaux adoptent les changements de politique nécessaires pour que le Canada remplisse tous ses engagements pris à Paris.

Le 24 février, bien avant les rencontres intergouvernementales prévues sur le climat le 3 mars, ces organismes ont envoyé une lettre au Premier ministre Trudeau ainsi qu’à tous les leaders des gouvernements provinciaux et territoriaux expliquant clairement leurs attentes concernant les politiques climatiques.

“Le Canada a été l’un des premiers pays à vouloir limiter la hausse de la température mondiale à 1,5oC au-dessus des niveaux préindustriels, et à intégrer à l’Accord de Paris les droits de la personne, dont ceux des peuples autochtones, l’égalité entre les sexes ainsi qu’une transition juste pour les travailleurs. Il faudra maintenant un plan d’action très ambitieux pour respecter ces exigences. ” a déclaré John Dillon, Coordonnateur du programme d’économie écologique de KAIROS: Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice.

Cette lettre identifie six initiatives que nos élus doivent mettre en œuvre afin d’éviter des changements climatiques catastrophiques et d’effectuer une transition juste permettant de nous libérer des énergies fossiles.

Continuer la lecture

Centre d’expertise en prévention, préparation et intervention en matière de déversement dans le Saint-Laurent: l’AMSÉE réagit

Havre-aux-Maisons, le 3 juin 2015 – L’Association madelinienne pour la sécurité énergétique et environnementale (AMSÉE) se réjouit de la volonté du gouvernement du Québec1 de créer aux Îles-de-la-Madeleine un centre d’expertise se spécialisant dans la prévention, la préparation et les interventions d’urgence environnementale relativement au déversement maritime de matières dangereuses sur le Saint-Laurent.

L’AMSÉE encourage une vision globale de la sécurité incluant des mesures de prévention primaire (réduction des besoins en hydrocarbures), secondaire (gestion des risques liés à l’ensemble du cycle de vie du pétrole) et tertiaire (intervention d’urgence et décontamination).

« C’est un pas dans la bonne direction, nous avons grand besoin d’agir en matière de prévention des risques liés aux déversements. Les incidents, tels que le naufrage du Irving Whale et le récent déversement au port de Cap-aux-Meules, ont montré que les risques sont bien réels, ici, maintenant » affirme Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE. Rappelons que plusieurs rapports d’experts ont démontré l’insuffisance de la préparation et de la capacité d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures en lien avec le trafic maritime actuel dans le golfe du Saint-Laurent.

« C’est une excellente nouvelle, en autant que ce projet s’inscrive dans une vision globale de la sécurité énergétique et environnementale et qu’il ne soit pas au service du préjugé favorable du gouvernement en faveur d’un éventuel développement de la filière des hydrocarbures » d’ajouter la porte-parole.

Continuer la lecture

Justice climatique et prise en charge locale

– Lettre ouverte de Natalia Porowska dans l’hebdomadaire le Radar, 10 avril 2015

Le 11 avril sera l’occasion d’une nouvelle démonstration de la détermination des Québécois. Des dizaines de milliers de citoyens en marche dans les rues de Québec réclameront une justice climatique auprès des décideurs nationaux. Le moment est bien choisi : passant d’une menace nébuleuse, les conséquences du bouleversement climatique se concrétisent: multiplication d’événements météo extrêmes, inondations surprises, sécheresses prolongées – tous ayant des impacts sur le portefeuille des Québécois et sur l’accessibilité des services. Or, au même moment, on entend un discours de sourds, de la part des élus, sur deux projets majeurs de développement pétrolier au Québec. D’une part, on nous propose d’investir dans l’extraction des maigres ressources fossiles confinées dans le sous-sol de nombreuses communautés québécoises. D’autre part, on nous vante les mérites du pipeline de Transcanada, qui devrait acheminer le bitume albertain vers les marchés internationaux. On peut se permettre de douter de l’existence d’une réelle conviction quant à l’ampleur du défi devant nous…

Pourtant, depuis quelques années, le gouvernement québécois semblait sur une bonne piste politique en soutenant le développement éolien, en créant un marché du carbone avec la Californie, en s’engageant dans l’électrification des transports… Mais, aussi encourageants que ces gestes puissent paraître, ils ne semblent pas témoigner d’une vision d’ensemble de la conjoncture économico-climato-énergétique. Continuer la lecture