Trois ans après le déversement du 11 septembre 2014 à Cap-aux-Meules, quel chemin a été parcouru?

IMG_1309BTout d’abord, Hydro-Québec (HQ) a reconnu sa responsabilité pour le déversement de 100 000 L de diesel au quai de Cap-aux-Meules. Suite à la publication du rapport d’enquête du MDDELCC, HQ a plaidé coupable et a été condamné à payer une amende de 410 000$. Les travaux de récupération & décontamination se seront échelonnés sur 3 ans, aux coûts estimés de 32 M$. HQ aura saisi l’occasion pour inspecter et remettre à niveau son oléoduc, améliorer ses processus de surveillance et se rapprocher des instances locales. Lire la suite

Comment les Madelinots seront consultés le 3 mai sur les enjeux liés aux éoliennes

AMSÉE_BAPE_éolien
Adaptation libre de la carte d’Activa Environnement, page 45 du documentDA$ de la consultation du BAPE sur les enjeux liés à l’implantation d’éoliennes dans l’habitat floristique protégé de la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine

Le Ministre Heurtel a demandé une consultation sans précédent au Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) pour l’orienter sur la demande de dérogation qu’il a reçue quant à l’implantation d’éoliennes en milieu dunaire. Le 3 mai,  les Madelinots seront consultés sur les enjeux liés à l’implantation d’éoliennes dans à la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine. Quels seraient les impacts des éoliennes au site visé sur les espèces vulnérables? Sont-ils importants? Comment les réduire ou les éviter? Existe-t-il des alternatives? Les avantages environnementaux du projet supplantent-ils ses inconvénients? Ces questions sont légitimes, l’AMSÉE se réjouit de cette consultation et ne ratera pas l’occasion d’élargir le débat pour y aborder la question de la transition énergétique de l’Archipel.  

Mais attention! Il ne s’agit pas d’un « BAPE » comme on les connaît, mais bien d’une « consultation menée par le BAPE ». En effet, rien n’obligeait le Ministre à soumettre au BAPE la présente demande de dérogation à la protection de l’habitat du corème de Conrad. Le déroulement de cette consultation sera donc différent de la formule habituelle du BAPE. Voici les informations que l’AMSÉE a obtenues auprès du BAPE quant déroulement attendu :

  • La consultation aura lieu le mercredi 3 mai à 19h, à la Salle communautaire située au 460, chemin Principal, à Cap-aux-Meules.
  • La consultation se tiendra en un seul temps. La séance d’information n’étant pas distincte de l’audience publique, les citoyens et organisations recevront l’information et poseront leurs questions la même soirée que celle où ils devront s’exprimer sur ces enjeux…
  • Cependant, la documentation est disponible dès maintenant en ligne sur le site du BAPE et en version papier à la bibliothèque Jean Lapierre. Consultez-la!
  • En début de soirée, le commissaire, Monsieur Pierre André, tiendra un discours d’accueil présentant le mandat et le déroulement de la consultation. Ensuite, le MDDELCC et la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine feront chacun une présentation d’environ 15 minutes.
  • Vous serez invités à poser vos questions et à donner votre opinion après la pause en vous inscrivant sur place au registre. Vous ne pouvez manifester votre intention d’intervenir avant cette soirée.
  • La période de questions ne sera pas distincte de la période d’opinions, les interventions se dérouleront selon l’ordre d’inscription au registre.
  • Les interventions de type « question » seront limitées à 2 questions par intervention.
  • Les interventions de type « opinion » seront limitées à 5-7 minutes chacune.
  • Vous pourrez cependant vous réinscrire au registre pour reprendre la parole.
  • La soirée débute à 19h et il n’y a pas d’heure de fin prédéterminée. Si la séance devait se prolonger en raison d’inscription massive au registre, le commissaire pourrait décider de convoquer une séance supplémentaire le 4 mai en après-midi ou en soirée.
  • Si vous prévoyez présenter un diaporama ou un document audio-visuel, vous ne pourrez l’acheminer avant la séance, vous êtes plutôt invités à vous présenter sur place à l’avance et à aviser l’équipe technique de votre intention.
  • Vous aurez ensuite jusqu’au 23 mai pour faire parvenir votre opinion écrite ou mémoire à la commission.

Que vous soyez avides d’énergie éolienne ou fervents défenseurs de la conservation de la nature, tantôt préoccupés par le corème de Conrad, tantôt par les gaz à effet de serre émis par notre centrale au mazout, nous comptons sur vous pour venir vous exprimer à cette consultation, quelle que soit votre opinion!

Il est temps que le choix d’implanter des éoliennes en milieu dunaire aux Îles-de-la-Madeleine soit discuté publiquement, que les impacts positifs et négatifs de ce projet énergétique soient questionnés, approfondis et assumés collectivement.

On vous attend, passez le mot!

RAPPORT D’ENQUÊTE SUR LE DÉVERSEMENT DE CAP-AUX-MEULES : DES EXPLICATIONS ET DU CHANGEMENT SONT ATTENDUS

Havre-aux-Maisons, le 11 avril 2016 – Hydro-Québec aurait manqué à ses devoirs en ne prenant pas les mesures de prudence, de vigiliance et de précautions pour l’entretien de son oléoduc et lors des procédures entourant le test d’étanchéité de son oléoduc du 11 septembre 2014, révèle le rapport d’enquête* sur le déversement de Cap-aux-Meules.

Hydro-Québec aurait constaté dès 2007 que la protection du recouvrement du pipeline était problématique, ne protégeant pas adéquatement cet oléoduc en milieu aqueux contre la corrosion. En 2013, l’inspection laissait croire que l’oléoduc n’était plus cathodiquement protégé. Compte tenu des risques pour le milieu, l’AMSÉE demande des explications à la société d’État quant à ce non respect des normes et cette non application des recommandations des inspecteurs.

Non seulement ces manquements auraient contribué à l’étendue du déversement de plus de 100 000 L de diesel, mais le rapport mentionne aussi que le personnel responsable de la réalisation des tests n’avait pas la formation et l’information nécessaire pour conduire un test hydrostatique avec du diesel, ce qui a aggravé la situation et retardé la détection du déversment. L’AMSÉE demande à la société d’État quels changements compte-elle opérer quant à son plan de suivi et d’entretien d’oléoduc, comment s’assurera-t-elle que son personnel aura la compétence nécessaire pour y oeuvrer et comment rétablira-t-elle la confiance du public après la révélation de tels faits. « Ce rapport est accablant. On constatait déjà que, compte tenu que les centrales thermiques sont polluantes et produisent à perte, trop peu d’efforts étaient effectués par Hydro-Québec pour assainir ses réseaux autonomes en terme d’efficacité énergétique et de production d’énergie renouvelable. Mais maintenant, on a en plus la confirmation que la gestion des risques risques liés au transport d’hydrocarbure et à leurs infrastructures pétrolières a été insuffisante. » Un assainissement majeur de la gouvernance des réseaux autonomes est attendu, incluant le développement d’une culture de prévention et de sécurité.

Afin de réduire les impacts des hydrocarbures en termes de déversement et d’émission de GES, l’AMSÉE demande à Hydro-Québec d’exercer davantage de leadership dans ses réseaux autonomes et de faciliter la nécessaire transition énergétique des communautés isolées qu’elle dessert. À cet effet, l’AMSÉE attend d’Hydro-Québec qu’elle collabore à la démarche et à l’atteinte des objectifs de la Stratégie énergétique des Île-de-la-Madeleine. Cette stratégie actuellement en élaboration par l’Agglomération des Îles-de-la-Madeleine répond à une demande de la population madelinienne qui cherche à réduire sa pétrodépendance et son empreinte énergétique dans le contexte insulaire.

Enfin, l’AMSÉE rappelle que le déversement et les travaux de récupération et de nettoyage occupent le port de Cap-aux-Meules depuis un an et demi, au coeur même du village de Cap-aux-Meules, ce qui affecte la vie des insulaires. Les travaux de décontamination prévus pourraient durer encore deux ans. L’AMSÉE demande à Hydro-Québec de dédommager la communauté en contribuant substantiellement à des projets locaux.

Déversement aux Îles de la Madeleine : l’oléoduc d’Hydro-Québec était gravement corrodé, dit un rapport », un reportage de Michel-Félix Tremblay sur Radio-Canada, 10 avril 2016.

Source : Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE, 418 937-4945, amsee.ca@outlook.com