Archives par étiquette : efficacité énergétique

Le remplacement d’une énergie fossile par une autre ne saurait convenir à la transition des Îles-de-la-Madeleine

Image source: http://ici.exploratv.ca/blog-explorateur/le-monde/gaspillage-gaz-naturel

Havre-aux-Maisons, le 24 novembre 2017 La dernière Table d’échange entre Hydro-Québec (HQ) et la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine (CMÎ), visant à identifier les contraintes du milieu à inclure à l’appel de propositions « toutes sources » prévu pour 2019, se tiendra le 28 novembre prochain, au terme d’une année complète de démarche. Les soumissions déposées devront respecter ces contraintes, puis seront comparées au scénario de raccordement par câble avant que HQ ne fasse son choix de conversion. Les contraintes identifiées aux documents[1] rendus publics sont donc déterminantes dans le choix du prochain régime énergétique de l’Archipel.

Or, à première vue, les discussions à la Table d’échange semblent avoir porté essentiellement sur la protection des emplois directs et indirects liés à l’actuel régime. « Le document stipule que le projet de conversion ne doit pas engendrer d’impact négatif pour les industries existantes. Pourtant, maintenir artificiellement les secteurs liés aux hydrocarbures serait contraire à l’esprit-même de la transition et injuste envers tous ceux qui participent aux efforts de lutte ainsi qu’envers les générations futures. Nous recommandons plutôt qu’un accompagnement des entreprises et travailleurs des secteurs pétrodépendants vers des secteurs durables et diversifiés soit exigé » affirme Marianne Papillon, porte-parole de l’organisme.

Continuer la lecture

UNE MEILLEURE COMMUNICATION ANNONCÉE PAR HYDRO-QUÉBEC EST ATTENDUE

 

Capture d’écran 2016-06-21 à 12.03.03

Source : tableau de la page 24, Plan stratégique 2016-2020 d’Hydre-Québec

 

Havre-aux-Maisons, le 21 juin 2016 – L’AMSÉE se réjouit d’apprendre que Hydro-Québec, dans son Plan stratégique 2016-2020, entend améliorer le service à la clientèle et communiquer de façon proactive avec ses clients, ses employés et ses partenaires. Pour ce faire, Hydro-Québec prévoit «informer et écouter» ainsi que « favoriser l’accessibilité et l’ouverture ». Le plan prévoit « privilégier une communication de proximité, basée sur l’authenticité et l’écoute; fournir la bonne information dans les meilleurs délais; mieux expliquer nos activités, notre contexte d’affaire, nos enjeux et notre contribution à l’économie québecoise; répondre aux demandes de renseignements conformément à notre engagement sur la transparence. »

Considérant qu’il y a encore beaucoup d’obstacle à lever pour y parvenir, une telle amélioration des communications en proximité des populations desservies est très attendue aux Îles-de-la-Madeleine. En effet, Hydro-Québec refuse toujours de commenter le rapport d’enquête du déversement de 2014 à Cap-aux-Meules[i]. Aussi, l’AMSÉE constate que la sortie même de ce Plan au niveau national a provoqué un émoi dans la communauté madelinienne[ii], laissant croire à une conversion imminente de la centrale thermique. Or, la conversion en cours qui y est annoncée ne concerne que la poursuite du projet éolien déjà prévu. Quant à l’appel de proposition annoncé pour 2019 au sujet de la conversion de la centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine, il a pour but d’évaluer divers scénarios d’approvisionnement et donc de planifier la conversion « en fonction de la fin de vie utile des centrales » (celle de Cap-aux-Meules étant estimée à 2035).

L’AMSÉE demande à la Société d’État de mieux informer la population madelinienne sur son Plan stratégique et de mettre à exécution sa stratégie d’information, écoute, accessibilité et ouverture au sujet de la planification de la conversion de la centrale. Hydro-Québec doit impliquer et consulter adéquatement la population pour prendre en considération l’acceptabilité sociale des scénarios d’alimentation qui seront envisagés puis retenus. Pour sa part, l’AMSÉE ne favorise aucun scénario en particulier, mais plutôt un cadre d’analyse de multiples scénarios basé sur la réduction de la consommation fossile et sur la réduction des risques et impacts qui y sont associés, le tout s’inscrivant dans une vision de développement durable de la communauté madelinienne. Continuer la lecture

POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE DU QUÉBEC 2030 : L’AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE L’ARCHIPEL ENTRE LES MAINS DE SA COMMUNAUTÉ

Havre-aux-Maisons, le 8 avril 2016 – L’efficacité énergétique, la substitution énergétique et les changements de comportements sont les trois piliers de la transition proposée par la nouvelle politique énergétique plaçant le citoyen consommateur au cœur de sa démarche. La gestion de l’énergie des Québécois y est jugée indissociable des cibles du gouvernement en matière de lutte contre les changements climatiques, soit une réduction de 37% de GES en 2030 par rapport à 1990.

L’AMSÉE accueille favorablement les objectifs de la politique, qu’elle juge cependant peu ambitieuses pour la période visée. Ainsi, afin de réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés, on cherche à améliorer de 15 % l’efficacité d’utilisation de l’énergie (correspondant plus ou moins au statu quo); augmenter de 25 % la production totale d’énergie renouvelable (qui passera ainsi de 47% à 60,9% de l’assiette énergétique québécoise); augmenter de 50 % la production de bioénergie (par la biomasse et les biocarburants).

Un nouvel organisme voué à la transition coordonnera les services et les programmes en innovation, en efficacité et en substitution énergétiques. L’AMSÉE espère que cela facilitera la circulation de l’information, notamment au sujet des options d’autoproduction énergétique, et permettra de bonifier les initiatives en efficacité énergétique présentement offertes dans les réseaux autonomes d’Hydro-Québec. L’AMSÉE note qu’aucun effort ciblé ou supplémentaire d’efficacité énergétique n’est annoncé dans ces réseaux autonomes et ce, malgré le fait que l’électricité y est produite à perte et y est particulièrement polluante. Selon le document de la politique, « le gouvernement entend trouver des solutions de remplacement au mazout et au carburant diesel pour l’ensemble des communautés hors réseau ». En ce qui a trait aux Îles-de-la-Madeleine, Hydro-Québec évaluera des solutions visant à réduire la quantité de GES émis par les deux centrales thermiques et évaluera aussi différentes options, en concertation avec le milieu, en prévision de la fin de la vie utile de la centrale.

La porte-parole de l’organisme, Marianne Papillon, y voit une opportunité : «Contrairement à d’autres communautés en réseau autonome, aux Îles-de-la-Madeleine, aucun scénario énergétique ne nous est imposé. Il y a encore beaucoup de place pour proposer notre propre plan de transition énergétique. L’actuelle démarche pour une Stratégie énergétique des Îles-de-la-Madeleine prend donc tout son sens. » Elle ajoute: « Il est réjouissant d’entendre clairement sonner la fin du statu quo aux Îles. Les hydrocarbures fossiles liquides ne seront pas renouvelés et on note de l’ouverture pour l’innovation, la production d’énergie renouvelable et le stockage. » Continuer la lecture

UN AN APRÈS LE DÉVERSEMENT

OLÉODUC D’HYDRO-QUÉBEC À CAP-AUX-MEULES

Havre-aux-Maisons, le 15 septembre 2015 – Hydro-Québec a invité les résidents de Cap-aux-Meules à une soirée d’information le 10 septembre dernier à l’Étang-du-Nord. Un an après le déversement du 11 septembre 2014 de plus de 100 000 L de diesel au port de Cap-aux-Meules, la société d’État y a présenté les plans de réfection de son oléoduc.

Hydro-Québec prévoit en prolonger la portion aérienne de plusieurs dizaines de mètres dans le secteur du quai et procéder à une dizaine d’excavations préventives sur le reste du pipeline, incluant la mise en place d’un minimum de trois manchons de remplacement. « Nous avons pu constater qu’Hydro-Québec entend remettre son oléoduc à niveau pour la durée de la prochaine décennie et nous n’en attendons pas moins de la part de notre société d’État, » d’affirmer Marianne Papillon, porte-parole de l’Association madelinienne pour la sécurité énergétique et environnementale (AMSÉE).

La fin des travaux est prévue en décembre, cependant les autorisations gouvernementales n’étaient pas encore obtenues au moment de la rencontre. De plus, la décontamination devra se poursuivre encore longtemps après ces travaux. « Le prochain programme de surveillance et d’entretien des infrastructures pétrolières d’Hydro-Québec devra être amélioré, opine la porte-parole, car soit les normes de l’industrie sont insuffisantes, soit c’est leur application qui fait défaut. C’est ce que l’enquête en cours nous aidera à comprendre, » ajoute-t-elle. Continuer la lecture