L’AMSÉE invite Hydro-Québec à assumer ses responsabilités

Communiqué pour diffusion  – L’AMSÉE invite la Société d’état Hydro-Québec à assumer ses responsabilités environnementales et à faire preuve de leadership dans la gouvernance de ses réseaux autonomes.

8 juillet 2015, Havre-aux-MaisonsHydro-Québec prévoit défrayer 20 millions $ pour nettoyer le site de Cap-aux-Meules suite au déversement de diesel de son oléoduc en septembre 2014. Elle demande maintenant à la Régie de l’énergie l’autorisation de créer un compte d’écart qui permettrait de répartir les coûts d’événement imprévisible en réseau autonome, redistribuant ainsi ces frais à la clientèle en les intégrant aux tarifs d’électricité des Québécois. Ce nouvel épisode ramène à l’avant plan l’importance d’inclure les coûts d’entretien, de réparation, de gestion des risques et de démantèlement aux coûts de production lors de l’évaluation des scénarios énergétiques. Cela devient d’autant plus pertinent que le gouvernement du Québec est à définir sa Politique énergétique pour les 10 prochaines années.

En réalité, peu d’événements accidentels ne sont aussi probables qu’un déversement lors d’utilisation d’hydrocarbures. Les Îles de la Madeleine à elles seules listent plusieurs déversements historiques majeurs et coûteux, dont la décontamination du site de la première centrale thermique au coût de plus de $ 11 millions1. Hydro-Québec elle-même affirme que l’utilisation des combustibles comme source d’approvisionnement dans ses 19 centrales en réseaux autonomes a pour effet d’augmenter les risques et les coûts associés à tout évènement imprévisible majeur y survenant2. On ne saurait trouver meilleurs arguments en faveur d’une réduction de la dépendance au pétrole dans les réseaux autonomes, en faveur de leur conversion aux énergies renouvelables et d’une intensification des efforts en efficacité énergétique auprès des communautés éloignées comme celle des Îles-de-la-Madeleine.

Lire la suite

Centre d’expertise en prévention, préparation et intervention en matière de déversement dans le Saint-Laurent: l’AMSÉE réagit

Havre-aux-Maisons, le 3 juin 2015 – L’Association madelinienne pour la sécurité énergétique et environnementale (AMSÉE) se réjouit de la volonté du gouvernement du Québec1 de créer aux Îles-de-la-Madeleine un centre d’expertise se spécialisant dans la prévention, la préparation et les interventions d’urgence environnementale relativement au déversement maritime de matières dangereuses sur le Saint-Laurent.

L’AMSÉE encourage une vision globale de la sécurité incluant des mesures de prévention primaire (réduction des besoins en hydrocarbures), secondaire (gestion des risques liés à l’ensemble du cycle de vie du pétrole) et tertiaire (intervention d’urgence et décontamination).

« C’est un pas dans la bonne direction, nous avons grand besoin d’agir en matière de prévention des risques liés aux déversements. Les incidents, tels que le naufrage du Irving Whale et le récent déversement au port de Cap-aux-Meules, ont montré que les risques sont bien réels, ici, maintenant » affirme Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE. Rappelons que plusieurs rapports d’experts ont démontré l’insuffisance de la préparation et de la capacité d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures en lien avec le trafic maritime actuel dans le golfe du Saint-Laurent.

« C’est une excellente nouvelle, en autant que ce projet s’inscrive dans une vision globale de la sécurité énergétique et environnementale et qu’il ne soit pas au service du préjugé favorable du gouvernement en faveur d’un éventuel développement de la filière des hydrocarbures » d’ajouter la porte-parole.

Lire la suite

Suivi des travaux au port de Cap-aux-Meules

Un reportage de Annie Lapierre à CFIM 92,7 le 13 novembre 2014

Hydro-Québec considère que l’unité de bioaspiration, utilisée pour récupérer les hydrocarbures dans le port de Cap-aux-Meules, donne de bons résultats.
La porte-parole de la société d’État, Marie-Élaine Truchon souligne d’ailleurs que l’utilisation de l’appareil a été approuvée par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte aux changements climatiques.
En fonction 24 heures sur 24 depuis la semaine dernière, l’unité de bioaspiration permet de récupérer la phase liquide des hydrocarbures dans le sol et d’en séparer l’eau par la suite.
L’eau est traitée, puis retournée au système d’égout et l’air qui en ressort est également filtré.
Les équipes sont toujours en place afin d’assurer la récupération dans les tranchées et des spécialistes les accompagnent dans les travaux.

Lire la suite

Mobiliser et questionner

Un reportage d’Annie Lapierre à CFIM, le 12 novembre 2014

Le jour du Souvenir a pris un autre sens cette année, alors que les Madelinots étaient invités à se rassembler près du quai de Cap-aux-Meules, deux mois jour pour jour après le déversement d’hydrocarbures.
Plus d’une quinzaine de personnes se sont réunies hier midi à la Place des gens de mer, au quai de Cap-aux-Meules.

Lire la suite

Anthologie des articles de CFIM au sujet du déversement à Cap-aux-Meules

Période du 12 septembre au 5 novembre 2014.

Source:  Archives de la salle de nouvelles de CFIM 92,7 FM

2014-09-12

Article I     Déversement au port de Cap-aux-Meules

Une opération d’intervention environnementale est en cours dans le port de Cap-aux-Meules, du côté de la marina, pour nettoyer un déversement d’huile.
L’équipe des Lavages industriels Vigneau, premier répondant aux Îles pour la Garde côtière canadienne, a déployé des estacades hier après-midi, dans la section port de pêche, afin de créer une zone de protection.

Lire la suite