UNE MEILLEURE COMMUNICATION ANNONCÉE PAR HYDRO-QUÉBEC EST ATTENDUE

 

Capture d’écran 2016-06-21 à 12.03.03
Source : tableau de la page 24, Plan stratégique 2016-2020 d’Hydre-Québec

 

Havre-aux-Maisons, le 21 juin 2016 – L’AMSÉE se réjouit d’apprendre que Hydro-Québec, dans son Plan stratégique 2016-2020, entend améliorer le service à la clientèle et communiquer de façon proactive avec ses clients, ses employés et ses partenaires. Pour ce faire, Hydro-Québec prévoit «informer et écouter» ainsi que « favoriser l’accessibilité et l’ouverture ». Le plan prévoit « privilégier une communication de proximité, basée sur l’authenticité et l’écoute; fournir la bonne information dans les meilleurs délais; mieux expliquer nos activités, notre contexte d’affaire, nos enjeux et notre contribution à l’économie québecoise; répondre aux demandes de renseignements conformément à notre engagement sur la transparence. »

Considérant qu’il y a encore beaucoup d’obstacle à lever pour y parvenir, une telle amélioration des communications en proximité des populations desservies est très attendue aux Îles-de-la-Madeleine. En effet, Hydro-Québec refuse toujours de commenter le rapport d’enquête du déversement de 2014 à Cap-aux-Meules[i]. Aussi, l’AMSÉE constate que la sortie même de ce Plan au niveau national a provoqué un émoi dans la communauté madelinienne[ii], laissant croire à une conversion imminente de la centrale thermique. Or, la conversion en cours qui y est annoncée ne concerne que la poursuite du projet éolien déjà prévu. Quant à l’appel de proposition annoncé pour 2019 au sujet de la conversion de la centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine, il a pour but d’évaluer divers scéanarios d’approvisionnement et donc de planifier la conversion « en fonction de la fin de vie utile des centrales » (celle de Cap-aux-Meules étant estimée à 2035).

L’AMSÉE demande à la Société d’État de mieux informer la population madelinienne sur son Plan stratégique et de mettre à exécution sa stratégie d’information, écoute, accessibilité et ouverture au sujet de la planification de la conversion de la centrale. Hydro-Québec doit impliquer et consulter adéquatement la population pour prendre en considération l’acceptabilité sociale des scénarios d’alimentation qui seront envisagés puis retenus. Pour sa part, l’AMSÉE ne favorise aucun scénario en particulier, mais plutôt un cadre d’analyse de multiples scénarios basé sur la réduction de la consommation fossile et sur la réduction des risques et impacts qui y sont associés, le tout s’inscrivant dans une vision de développement durable de la communauté madelinienne.

Outre l’assainissement progressif des réseaux autonomes, l’AMSÉE tient à souligner d’autres éléments favorables du Plan : « Contribuer au développement économique et à la transition énergétique du Québec » ; « Poursuivre nos efforts en efficacité énergétique »; « Proposer de nouveaux programmes pour réduire la consommation d’électricité en période de pointe »; « Améliorer le service offert aux autoproducteurs résidentiels d’énergie renouvelable (option mesurage net) » et « Intensification des efforts pour commercialiser [les] systèmes de stockage de grande capacité destinés aux réseaux électriques (dont les réseaux autonomes). »

L’AMSÉE profite du passage du P.D.G. d’Hydro-Québec, Monsieur Éric Martel, aux Îles-de-la-Madeleine le 23 juin, pour réitérer ses questions[iii] et demandes[iv] en lien avec le déversement et avec la transition énergétique locale. En plus de demander explication et réparation pour les événements de 2014, l’AMSÉE demande plus de mesures de soutien pour réduire la consommation fossile. En effet, en 2016, il est inacceptable que seules les énergies fossiles (chauffage à l’huile et gaz) soient subventionnées dans les programmes d’efficacité énergétique des Îles-de-la-Madeleine, lesquels devraient d’ailleurs, en plus d’inclure les énergies renouvelables, bénéficier de beaucoup plus de visibilité et de promotion. Enfin, l’AMSÉE invite la direction d’Hydro-Québec à rencontrer les organismes du milieu et à participer à l’éventuelle mise en œuvre du Plan énergétique de l’Agglomération des Îles-de-la-Madeleine en vue de favoriser la réduction de l’empreinte énergétique et la transition locale.

– 30 –

L’AMSÉE est un OSBL ayant pour mission de promouvoir la sécurité énergétique et environnementale aux Îles de la Madeleine. Elle vise à stimuler la mise en place de mesures de réduction des risques et des impacts des événements accidentels terrestres et maritimes liés à l’approvisionnement énergétique, sur l’archipel et dans le golfe du Saint-Laurent. Elle vise aussi à contribuer à la réduction de l’empreinte environnementale madelinienne en valorisant la réduction des besoins à la source et l’efficacité énergétique (www.amsee.ca).

Source : Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE, 418 937-4945, amsee.ca@outlook.com

[i] Rapport d’enquête sur le déversement de Cap-aux-Meules: des explications et du changement sont attendus, extrait du communiqué de l’AMSÉE, 11 avril 2016 : « Hydro-Québec aurait manqué à ses devoirs en ne prenant pas les mesures de prudence, de vigiliance et de précautions pour l’entretien de son oléoduc et lors des procédures entourant le test d’étanchéité de son oléoduc du 11 septembre 2014, révèle le rapport d’enquête* sur le déversement de Cap-aux-Meules. Hydro-Québec aurait constaté dès 2007 que la protection du recouvrement du pipeline était problématique, ne protégeant pas adéquatement cet oléoduc en milieu aqueux contre la corrosion. En 2013, l’inspection laissait croire que l’oléoduc n’était plus cathodiquement protégé. Compte tenu des risques pour le milieu, l’AMSÉE demande des explications à la société d’État quant à ce non respect des normes et cette non application des recommandations des inspecteurs. »

[ii] Plan stratégique de la société Hydro-Québec, communiqué de la municipalité des Îles-de-la-Madeleine, 10 juin 2016 et Projet de conversion de la centrale d’Hydro-Québec aux Îles, communiqué de la Chambre de commerce des Îles, 20 juin 2016

 [iii] 2 février 2016 : Culpabilité d’Hydro-Québec concernant le déversement de Cap-aux-Meules : quelles leçons en tirer?, extrait du communiqué de l’AMSÉE : « Le processus interne d’amélioration des pratiques qui a présentement cours chez Hydro-Québec sera-t-il rendu public? Quelles leçons la Société d’État tire-t-elle des événements aux Îles? En fera-t-elle bénéficier la communauté, l’industrie et nos institutions? Nous le souhaitons, espérant ainsi éviter le pire à d’autres communautés menacées par d’éventuels déversements. » L’AMSÉE exige d’Hydro-Québec un plus grand leadership en matière de développement durable et d’énergie renouvelable, surtout dans le contexte actuel du plaidoyer de culpabilité et de report du projet d’éolienne sur le territoire madelinot. L’AMSÉE demande à Hydro-Québec d’accélérer son engagement en matière réduction de la consommation, d’efficacité énergétique et de conversion aux énergies propres et renouvelables dans ses réseaux autonomes. »

[iv] 11 avril 2016 : Rapport d’enquête sur le déversement de Cap-aux-Meules: des explications et du changement sont attendus, extrait du communiqué de l’AMSÉE : «Afin de réduire les impacts des hydrocarbures en termes de déversement et d’émission de GES, l’AMSÉE demande à Hydro-Québec d’exercer davantage de leadership dans ses réseaux autonomes et de faciliter la nécessaire transition énergétique des communautés isolées qu’elle dessert. À cet effet, l’AMSÉE attend d’Hydro-Québec qu’elle collabore à la démarche et à l’atteinte des objectifs de la Stratégie énergétique des Île-de-la-Madeleine. Cette stratégie actuellement en élaboration par l’Agglomération des Îles-de-la-Madeleine répond à une demande de la population madelinienne qui cherche à réduire sa pétrodépendance et son empreinte énergétique dans le contexte insulaire. L’AMSÉE demande à Hydro-Québec de dédommager la communauté en contribuant substantiellement à des projets locaux [de transition énergétique].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *