Archives de l’auteur : admin

Transition et sécurité énergétique: l’AMSÉE accueille favorablement l’annonce du raccordement par câble avec maintien de la centrale thermique des Îles-de-la-Madeleine

Havre-aux-maisons, 25 mai 2018 – L’AMSÉE accueille très favorablement la nouvelle du raccordement des Îles de la Madeleine au réseau intégré de Hydro-Québec par câble sous-marin.

« Cette option semble fort avantageuse au niveau environnemental, puisque le régime actuel émet au moins 130 000 tCO2/an et consomme pas loin de 40 000 000 L de mazout/an. Le couplage avec une centrale thermique d’appoint apparaît aussi positif sur le plan de la sécurité de l’approvisionnement, ainsi qu’au niveau socio-économique, les emplois étant garantis selon Hydro-Québec » affirme Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE. Elle se réjouit aussi de l’annonce d’une vitrine technologique sous forme de micro-réseau sur l’archipel, laissant la porte ouverte à l’innovation et au remplacement éventuel de la centrale d’appoint. « En effet, les risques liés à la gestion des hydrocarbures, bien que réduits par le raccordement, demeurent actifs en présence d’une centrale au mazout. Aussi, la rentabilité globale du projet de raccordement avec centrale restera à être démontrée auprès de la Régie de l’énergie et la population devra être dûment consultée » ajoute-t-elle. En effet, l’organisme revendique depuis longtemps la création d’un espace de concertation relative à la transition énergétique.

L’AMSÉE demande, cependant, que tout changement apporté aux mesures incitatives (PUEÉ et mesurage net) dans le réseau autonome des Îles-de-la-Madeleine (chauffage au mazout et au propane, tarif d’autoproduction, etc.), soit planifié sur une période d’amortissement prévisible, afin de respecter les investissements des clients et des entrepreneurs locaux. « Nous souhaitons qu’un accompagnement des entreprises et travailleurs des secteurs pétro-dépendants vers des secteurs durables et diversifiés soit offert » affirme la porte-parole. « Même avec un câble, il faut continuer de supporter l’économie d’énergie, l’efficacité énergétique et la gestion de la pointe tout en intégrant le stockage et  les sources d’énergies renouvelables à faible impact, » affirme la porte-parole.

Dans cet ordre d’idée, l’AMSÉE réitère sa demande à Hydro-Québec de réévaluer la pertinence du projet de parc éolien sur la Dune-du-Nord tandis qu’il en est encore temps. L’implantation d’éoliennes en habitat protégé d’une espèce menacée apparaît d’autant moins pertinente que les gains environnementaux anticipés du raccordement par câble sont importants et que la sécurité d’approvisionnement serait par ailleurs garantie. L’AMSÉE tient toutefois à préciser qu’elle maintient son préjugé favorable envers la filière énergétique éolienne et les énergies renouvelables, en autant qu’elles ne soient pas en adversité avec la biodiversité.

– 30 –

L’AMSÉE est un OSBL fondé en 2015 et dédié à la transition énergétique des Îles de la Madeleine. Ses activités visent à stimuler la mise en place de mesures de réduction des risques et des impacts des événements accidentels terrestres et maritimes liés à l’approvisionnement énergétique, sur l’archipel et dans le golfe du Saint-Laurent. Elle vise aussi à contribuer à la réduction de l’empreinte environnementale madelinienne en valorisant la réduction des besoins à la source et l’efficacité énergétique

Source : Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE|418-937-4945| amsee.ca@outlook.com

Le remplacement d’une énergie fossile par une autre ne saurait convenir à la transition des Îles-de-la-Madeleine

Image source: http://ici.exploratv.ca/blog-explorateur/le-monde/gaspillage-gaz-naturel

Havre-aux-Maisons, le 24 novembre 2017 La dernière Table d’échange entre Hydro-Québec (HQ) et la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine (CMÎ), visant à identifier les contraintes du milieu à inclure à l’appel de propositions « toutes sources » prévu pour 2019, se tiendra le 28 novembre prochain, au terme d’une année complète de démarche. Les soumissions déposées devront respecter ces contraintes, puis seront comparées au scénario de raccordement par câble avant que HQ ne fasse son choix de conversion. Les contraintes identifiées aux documents[1] rendus publics sont donc déterminantes dans le choix du prochain régime énergétique de l’Archipel.

Or, à première vue, les discussions à la Table d’échange semblent avoir porté essentiellement sur la protection des emplois directs et indirects liés à l’actuel régime. « Le document stipule que le projet de conversion ne doit pas engendrer d’impact négatif pour les industries existantes. Pourtant, maintenir artificiellement les secteurs liés aux hydrocarbures serait contraire à l’esprit-même de la transition et injuste envers tous ceux qui participent aux efforts de lutte ainsi qu’envers les générations futures. Nous recommandons plutôt qu’un accompagnement des entreprises et travailleurs des secteurs pétrodépendants vers des secteurs durables et diversifiés soit exigé » affirme Marianne Papillon, porte-parole de l’organisme.

Continuer la lecture

Regard énergétique sur les élections municipales aux Îles-de-la-Madeleine

L’AMSÉE a séparément rencontré les deux candidatEs à la mairie des Îles-de-la-Madeleine afin d’en savoir plus sur leur vision et leurs perceptions de l’avenir énergétique des Îles. Voici une synthèse des échanges qui ont eu lieu.

AMSÉE : Qu’est-ce que la transition énergétique pour vous?
Jonathan Lapierre : Pour moi, la transition énergétique veut dire Continuer la lecture

Trajectoires pétrolières à l’UQAR

Extrait de l’article: « Marianne Papillon et Daniel Bourgault présentent l’exposition Trajectoires pétrolières à l’UQAR » sur mpapillon.wordpress.com

TPII_810x500

Extrait d’une vidéo d’art simulant une dispersion de polluant dans le Saint-Laurent, « Trajectoires pétrolières », Papillon Bourgault 2015

Rimouski, le 29 septembre 2017  – La Galerie d’art Mouvement Desjardins de l’UQAR présente, du 11 au 26 octobre, l’exposition Trajectoires pétrolières de l’artiste Marianne Papillon et du professeur en océanographie Daniel Bourgault.

Cette exposition fait suite à la résidence de création Projet Rioux, qui a eu lieu au Parc national du Bic à l’été 2015. L’installation multimédia qui a été créée propose une interprétation artistique de résultats scientifiques portant sur la dispersion de polluants, le trafic de navires-citernes et la pollution sonore sous-marine.

« Située à mi-chemin entre la subjectivité artistique et l’objectivité scientifique, l’œuvre aborde les questions d’habitat et de voie de passage, mariant de façon étonnante la sensibilité humaine à l’impassibilité des faits. Il s’agit d’une occasion d’apprécier la beauté et la volupté des écoulements turbulents océaniques, ce que la transmission conventionnelle des connaissances scientifiques ne permet normalement pas », explique le professeur Bourgault, dont la recherche sur la dispersion de polluants à Old Harry a été retenue par le magazine Québec Science comme l’une des dix découvertes de l’année en 2014.

Trajectoires pétrolières prend la forme d’une murale de fils tendus qui illustrent le passage de milliers de pétroliers dans le golfe, tandis que d’envoûtants vidéos d’art simulent la dispersion de fuites de pétrole en provenance du fond marin. « C’est une occasion unique de voir l’imperceptible : le risque! Celui d’une marée noire au Québec », indique l’artiste Marianne Papillon, dont la présence est rendue possible grâce à Québec Océan et au Fonds de développement culturel des Îles-de-la-Madeleine. On peut voir un aperçu de l’installation multimédia ici.

Lire la suite…