Rétrospectives 2018 nationale et locale

2018 a été une TRÈS grosse année en matière de sécurité et de résilience énergétique. On peine à croire tout ce qu’on a vu en 12 mois. On ose même dire que 2018 sera l’année où notre communauté sera réellement entrée dans le grand Virage vert. Dans cet article, retrouvez la rétrospective nationale extraite du tout dernier État de l’énergie au Québec 2019 ainsi que la rétrospective locale préparée par les membres de l’AMSÉE.

Image extraite de Whitmore, J. et P.-O. Pineau, 2018. État de l’énergie au Québec 2019, Chaire de gestion
du secteur de l’énergie, HEC Montréal, préparé pour Transition énergétique Québec, Montréal.

Que s’est-il passé en Énergie au national?

Cette liste, non exhaustive, fait un tour d’horizon des principaux évènements survenus au national.

9 JANVIER • HYDRO-QUÉBEC ET LA « SPIRALE DE LA MORT ». En entrevue, le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel, évoque le risque de la « spirale de la mort » : un
phénomène qu’entraînerait une proportion croissante d’autoproducteurs d’énergie solaire, qui aurait pour effet de diminuer les revenus d’Hydro-Québec liés aux ventes
d’électricité. Cette diminution des revenus obligerait la société d’État à augmenter ses tarifs d’électricité pour maintenir un équilibre avec ses dépenses fixes, liées aux
infrastructures existantes (réseaux de transmission et de distribution). Ceci inciterait les usagers à se rabattre encore davantage sur l’autoproduction, pour se protéger de
ces tarifs plus élevés, et la « spirale » pourrait être fatale pour la survie financière des infrastructures électriques si rien n’est fait.
11 JANVIER • ENTRÉE EN VIGUEUR DE LA NORME VÉHICULES ZÉRO ÉMISSION (VZE). Depuis le 11 janvier, les constructeurs automobiles actifs au Québec doivent
accumuler des crédits associés aux ventes de VZE. Cela, pour répondre à des exigences qui deviendront de plus en plus sévères quant à la proportion des ventes que
représentent ces véhicules. Un nouveau système de crédits échangeables, dont le fonctionnement s’apparente à celui du système de plafonnement et d’échange de droits
d’émission de GES (SPEDE), a été mis en place. Entre 2018 et 2025, la proportion exigée de VZE vendus devrait passer d’approximativement 3 % à 20 % des ventes totales.
25 JANVIER • CONTRAT DE VENTE HISTORIQUE D’HYDROÉLECTRICITÉ AU MASSACHUSETTS. Hydro-Québec remporte le plus gros contrat de son histoire, soit celui
conclu avec l’État du Massachusetts pour la livraison annuelle de 9,45 térawattheures d’hydroélectricité pour les 20 prochaines années. Le New Hampshire Site Evaluation
Committee ayant cependant rejeté la ligne de transmission Northern Pass sur son territoire, le Massachusetts opte au début février pour le projet New England Clean
Energy Connect, qui passerait par le Maine. Le tarif d’électricité prévu dans l’entente est de 5,9 ¢ US le kilowattheure. Le projet permettra de réduire de plus de 36 millions
tonnes équivalentes de CO2 (Mt éq. CO2) les émissions annuelles de la Nouvelle-Angleterre sur une période de 20 ans. Le gouverneur du Vermont a aussi rappelé, en
novembre, que la ligne de transmission pouvait passer par son territoire pour rejoindre le Massachusetts (projet New England Clean Power Link).
23 MARS • BILAN MI-PARCOURS DU PACC 2013-2020 ET FONDS VERT. Dans un Avis sur le Bilan mi-parcours 2017-2018 du Plan d’action 2013-2020 (PACC) sur les
changements climatiques du gouvernement, le Conseil de gestion du Fonds vert (CGFV) constate que malgré une hausse de financement de près de 40 % du PACC par
rapport au budget initial, sa contribution à l’atteinte de l’objectif de réduction d’émissions de GES de 20 % sous le niveau de 1990 en 2020 est moins importante que prévue.
Le potentiel de réduction du PACC est revu à la baisse de 6 à 3,6 Mt éq. CO2, soit une diminution de 40 %. Les réductions d’émissions de GES du PACC, comptabilisées au
31 mars 2016, s’élevaient à 0,34 Mt.
17 AVRIL • POLITIQUE DE MOBILITÉ DURABLE 2030. Le gouvernement dévoile sa Politique de mobilité durable 2030 : Transporter le Québec vers la modernité et son
Plan d’action 2018-2023. La politique propose neuf cibles à l’horizon 2030, dont −20 % des déplacements seuls en voiture (auto solo) ; −40 % de la consommation de pétrole
en transport ; −37,5 % des émissions de GES en transport sous le niveau de 1990 ; et une augmentation de 25 % des marchandises transbordées dans les ports et centres
intermodaux ferroviaires. Le gouvernement prévoit investir plus de 9,7 G$ dans la mise en œuvre de la politique, dont 2,9 G$ de nouveaux investissements.
6 JUIN • CADRE RÈGLEMENTAIRE SUR LES HYDROCARBURES POUR LE QUÉBEC. Publication dans la Gazette officielle du Québec des règlements de mise en œuvre de la Loi
sur les hydrocarbures. Ces règlements encadrent les activités d’exploration, de production et de stockage d’hydrocarbures en milieux terrestres et hydriques. Ils interdisent
de procéder à la fracturation du schiste et, là où la fracturation est permise, elle est interdite dans les 1 000 premiers mètres à partir de la surface, indépendamment des
variétés de roches en place. Le 17 août, ces règlements sont modifiés pour interdire explicitement les activités d’exploration, de production et de stockage d’hydrocarbures
dans les milieux hydriques ainsi que la conduite de telles activités à l’intérieur d’une zone d’un kilomètre de ces milieux.
11 JUIN • PLAN DIRECTEUR EN TRANSITION, INNOVATION ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUES DU QUÉBEC 2018-2023. Transition énergétique Québec (TEQ) dévoile son
premier plan directeur pour la période 2018-2023. Ce plan contient 225 mesures qui représentent des investissements de 6,7 G$. Selon le décret adopté le 7 juin 2017, le
plan doit poursuivre les « orientations » et les « objectifs » énoncés dans la Politique énergétique du Québec 2030 (PÉQ), et « permettre l’atteinte des objectifs de la PÉQ »,
soit cinq cibles énergétiques qui permettront de réduire de 16 Mt éq. CO2 les émissions de GES. À la suite de la mise en oeuvre du plan, TEQ prévoit une amélioration de
l’efficacité énergétique de la société d’environ 1,2 % annuellement et une diminution de la consommation de produits pétroliers de 12 % en 2023 par rapport à 2013. Le
12 juin 2018, le Plan directeur a été soumis à la Régie pour qu’elle : 1) approuve les programmes et les mesures du Plan directeur sous la responsabilité des distributeurs
d’énergie, ainsi que l’apport financier nécessaire pour leur mise en oeuvre ; et 2) donne son avis sur la capacité du Plan à atteindre les cibles en matière énergétique définies
par le gouvernement pour la période 2018-2023 (décret du 7 juin 2017). L’examen du dossier auprès de la Régie est en cours.
3 JUILLET • RETRAIT DE L’ONTARIO DU MARCHÉ DU CARBONE. À la suite des élections provinciales en Ontario, le nouveau premier ministre, Doug Ford, annonce qu’il
a l’intention d’abolir le règlement sur le plafonnement et l’échange de droits d’émission qui liait cette province au marché du carbone du Québec et de la Californie. Les
gouvernements de ces États réagissent en interdisant tout échange de droits d’émission ontariens afin d’éviter une surabondance de droits d’émission venant d’Ontario
dans leur marché. Cet abandon du marché du carbone en Ontario entraînera l’application du plan fédéral de tarification du carbone. L’Ontario du premier ministre Ford
compte contester la constitutionnalité de la taxe fédérale. Ce retrait de l’Ontario n’ébranle cependant pas le marché du carbone en Californie et au Québec. Aux premières
enchères qui se déroulent à la suite de ce retrait, les droits d’émission atteignent leur deuxième prix le plus élevé (15,05 $ US, soit 19,77 $ CA par tonne). Tous les droits
mis en vente ont trouvé preneurs pour la première fois de l’année et 25 % des unités mises en vente pour 2021 ont été achetées par des non-émetteurs – ce qui illustre la
confiance du marché dans la pérennité du système.
16 JUILLET • LA RÉGIE AUTORISE HYDRO-QUÉBEC À ÉTABLIR UN TARIF DISSUASIF PROVISOIRE POUR LES MINEURS DE CRYPTOMONNAIES. La Régie de l’énergie
a accepté, à quelques exceptions près, les demandes soumises par Hydro-Québec en juin, soit d’établir un tarif de 15 ¢ le kilowattheure (¢/kWh) pour les nouveaux clients
de la société d’État qui exploitent des équipements informatiques pour un usage cryptographique. Selon Hydro-Québec, environ 300 requêtes lui ont été acheminées,
ce qui représente une demande d’environ 18 000 MW, soit plus de 40 % de sa capacité de production. Environ la moitié des propositions seraient jugées sérieuses.
À plus long terme, les conditions tarifaires liées à cet usage de l’électricité seront décidées à la conclusion de l’étude du dossier R-4045-2018 (Demande de fixation de tarifs
et conditions de service pour l’usage cryptographique appliqué aux chaînes de blocs) par la Régie de l’énergie.
27 JUILLET • MODULATION DE TARIFS D’ÉLECTRICITÉ EN PÉRIODES DE POINTE. Hydro-Québec, qui a demandé à la Régie de l’énergie la permission d’augmenter
de 0,8 % les tarifs de ses clients résidentiels et de la majorité des clients d’affaires à compter du 1er avril 2019, entend leur offrir, pour faire face aux périodes de pointe
hivernales, deux options de « tarification dynamique » qui varieront en fonction des besoins de son réseau. L’option « crédit en pointe critique » offrirait un crédit de
50 ¢/kWh effacé à la demande d’Hydro-Québec. Quant à l’option « tarif de pointe critique », elle offrirait en période de pointe un prix élevé de 50 ¢/kWh consommé jusqu’à concurrence de 3 % des heures en période d’hiver, mais un prix faible le reste du temps – soit une réduction d’environ 2 ¢/kWh par rapport au tarif D en période d’hiver.
Ces options volontaires de tarification permettraient aux participants de réduire leur facture s’ils modifient leurs habitudes de consommation. La Régie de l’énergie rendra
sa décision relative à ces propositions en mars 2019.
21 AOÛT • PROLONGEMENT DU RÉSEAU DE GAZ NATUREL ET EXIGENCE DE LIVRAISON DE GAZ NATUREL RENOUVELABLE (GNR). Le gouvernement annonce
l’attribution d’une aide financière de 10 M$ à Gazifère pour la réalisation d’un projet d’extension du réseau de distribution de gaz naturel de 18 km dans la région de
l’Outaouais. Cette annonce suit celle du 14 août concernant une aide de 17,4 M$ à Énergir pour réaliser un projet d’extension de son réseau en Montérégie. Par ailleurs, le
22 août, le gouvernement publie un projet de règlement exigeant que les livraisons des distributeurs de gaz naturel contiennent au moins 1 % de GNR en 2020. Ce contenu
minimal augmentera à 5 % en 2025. Le 15 novembre, un projet majeur de gazoduc est annoncé pour l’approvisionnement du projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel
Énergie Saguenay.
1ER OCTOBRE • ÉLECTIONS GÉNÉRALES PROVINCIALES. Le parti Coalition avenir Québec (CAQ) remporte les élections provinciales, formant un gouvernement majoritaire
mené par François Legault. Dans sa plateforme électorale, la CAQ met de l’avant les exportations d’électricité propre, une politique nationale de l’architecture et de
l’aménagement, le respect des engagements de réduction des émissions de GES, l’efficacité énergétique ainsi que la modernisation des exigences du Code national du
bâtiment.
8 OCTOBRE • RAPPORT SPÉCIAL DU GIEC SUR LES CONSÉQUENCES D’UN RÉCHAUFFEMENT PLANÉTAIRE DE 1,5 °C. Ce rapport souligne que la température globale
est déjà 1 °C plus élevée maintenant qu’à l’ère préindustrielle, et qu’il serait préférable de limiter le réchauffement à 1,5 °C plutôt que 2 °C. Pour limiter le réchauffement à
1,5 °C, les émissions mondiales de GES devraient être nulles dès 2050, alors qu’un scénario à 2 °C ne demande qu’une réduction de 80 % sous le niveau de 1990 pour 2050.
Pour arriver à ces objectifs pour 2050, des changements beaucoup plus importants que ceux que nous avons réalisés s’imposent.

Rétrospective tirée de : Whitmore, J. et P.-O. Pineau, 2018. État de l’énergie au Québec 2019, Chaire de gestion
du secteur de l’énergie, HEC Montréal, préparé pour Transition énergétique Québec, Montréal.

Que s’est-il passé en Énergie aux Îles?

Cette liste, non exhaustive, fait un tour d’horizon des principaux évènements survenus aux Îles-de-la-Madeleine:

9 MARS LE PROMOTEUR DU PARC ÉOLIEN DE LA DUNE DU NORD EST CONNU. Il s’agit de la multinationale française Valeco en partenariat avec un nouveau dans l’investissement éolien Plan A Capital.

30 MARSUN PANNEAU SOLAIRE REMPORTÉ PAR UN MEMBRE DE L’AMSÉE. Suite à sa campagne d’adhésion, l’AMSÉE dénombre plus de cent membres au sein de son association et fait tirer au sort parmi eux un panneau solaire photovoltaïque de 160 W et ses accessoires d’une valeur de $800.

1ER AVRILNOUVEAU TARIF POUR LES AUTOPRODUCTEURS EN RÉSEAU AUTONOME. Tous les surplus d’énergie renouvelable produit par les clients autoproducteurs inscrits au programme d’Hydro-Québec reçoivent maintenant $0,17 pour chaque kilowattheure injecté sur le réseau des Îles. NOUVEAU SERVICE CONSEIL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE. Un nouveau service ouvre ses portes sur l’archipel. Un conseiller offre à l’année une multitude de conseils et références vers les programmes d’aides financières disponibles dans la construction ou la rénovation résidentiel.

27 AVRIL LES ÎLES CONNAISSENT UNE GRAVE PÉNURIE D’ESSENCE. Les Madelinots faisaient la fil au dernières stations d’essence encore ouvertes pour faire le plein d’essence de leur véhicule. Des problèmes de livraison, mais surtout une panique générale sont à l’origine de cette « drôle » de situation.

25 MAI RACCORDEMENT PAR CÂBLES SOUS-MARINS DES IDM. Hydro-Québec confirme l’installation d’un câble sous-marin afin d’alimenter en électricité l’archipel madelinot. Le câble devrait être relié à la Gaspésie en 2025. Un micro-réseau comprenant batteries, panneaux solaires et voitures électriques a aussi été annoncé.

17 AOÛTADOPTION DES RÉGLEMENTS SUR LES HYDROCARBURES. Le gouvernement a profité de la période estivale pour adopter ses règlement encadrant les activités en milieu terrestre et hydrique. L’AMSÉE avait émis des commentaires et préoccupations sur les milieux hydriques des Îles comme les lagunes. Il est désormais possible de fracturer au Québec.

12-15 SEPT RDV DE NERGICA, SALON, CONSULTATION PUBLIQUE ET ESSAI ROUTIER DE VÉ. La deuxième semaine de septembre marque la période la plus animée dans le domaine de la Transition Énergétique.

22 NOVEMBRE • PREMIER VÉHICULE ÉLECTRIQUE MUNICIPAL. La Municipalité des Îles emboite le pas avec le Programme SauvÉr et va mettre en autopartage cette Volt avec d’autres organisations.

2 OCTOBRE  • VISITE ET MISES À JOUR DES INFORMATIONS SUR LES PUITS ABANDONNÉS AUX ÎLES. Le gouvernement lance une nouvelle tournée d’inspection au Québec et l’AMSÉE propose de renseigner et d’accompagner la délégation du MERN dans son inspection sur l’archipel.

8 ET 11 DÉCEMBRE • LES ÎLES SE JOIGNENT AU MOUVEMENT MONDIAL D’URGENCE CLIMATIQUE. Après une série de tempêtes qui a rappelé à tous notre vulnérabilités face aux changements climatiques et nos besoins en matières de sécurité énergétique, les Madelinots appellent à la résilience et participent à une journée de mobilisation sur le territoire. Quelques jours plus tard, la Communauté Maritime des Îles adoptait la Déclaration universelle citoyenne d’Urgence Climatique.

Pour encore plus de détails, nous vous proposons d’écouter cette table-ronde: Rétrospective environnementale 2018 avec Nata Porowska (AMSÉE), Marie-Ève Giroux (AF), Véronique Déraspe (SCÎM) et Jean-Philippe Dinelle (Comité Zip) qui nous dressent un bilan à travers des manchettes importantes et intéressantes :

Crédit: Pierre Aucoin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.