POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE DU QUÉBEC 2030 : L’AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE L’ARCHIPEL ENTRE LES MAINS DE SA COMMUNAUTÉ

Havre-aux-Maisons, le 8 avril 2016 – L’efficacité énergétique, la substitution énergétique et les changements de comportements sont les trois piliers de la transition proposée par la nouvelle politique énergétique plaçant le citoyen consommateur au cœur de sa démarche. La gestion de l’énergie des Québécois y est jugée indissociable des cibles du gouvernement en matière de lutte contre les changements climatiques, soit une réduction de 37% de GES en 2030 par rapport à 1990.

L’AMSÉE accueille favorablement les objectifs de la politique, qu’elle juge cependant peu ambitieuses pour la période visée. Ainsi, afin de réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés, on cherche à améliorer de 15 % l’efficacité d’utilisation de l’énergie (correspondant plus ou moins au statu quo); augmenter de 25 % la production totale d’énergie renouvelable (qui passera ainsi de 47% à 60,9% de l’assiette énergétique québécoise); augmenter de 50 % la production de bioénergie (par la biomasse et les biocarburants).

Un nouvel organisme voué à la transition coordonnera les services et les programmes en innovation, en efficacité et en substitution énergétiques. L’AMSÉE espère que cela facilitera la circulation de l’information, notamment au sujet des options d’autoproduction énergétique, et permettra de bonifier les initiatives en efficacité énergétique présentement offertes dans les réseaux autonomes d’Hydro-Québec. L’AMSÉE note qu’aucun effort ciblé ou supplémentaire d’efficacité énergétique n’est annoncé dans ces réseaux autonomes et ce, malgré le fait que l’électricité y est produite à perte et y est particulièrement polluante. Selon le document de la politique, « le gouvernement entend trouver des solutions de remplacement au mazout et au carburant diesel pour l’ensemble des communautés hors réseau ». En ce qui a trait aux Îles-de-la-Madeleine, Hydro-Québec évaluera des solutions visant à réduire la quantité de GES émis par les deux centrales thermiques et évaluera aussi différentes options, en concertation avec le milieu, en prévision de la fin de la vie utile de la centrale.

La porte-parole de l’organisme, Marianne Papillon, y voit une opportunité : «Contrairement à d’autres communautés en réseau autonome, aux Îles-de-la-Madeleine, aucun scénario énergétique ne nous est imposé. Il y a encore beaucoup de place pour proposer notre propre plan de transition énergétique. L’actuelle démarche pour une Stratégie énergétique des Îles-de-la-Madeleine prend donc tout son sens. » Elle ajoute: « Il est réjouissant d’entendre clairement sonner la fin du statu quo aux Îles. Les hydrocarbures fossiles liquides ne seront pas renouvelés et on note de l’ouverture pour l’innovation, la production d’énergie renouvelable et le stockage. »

La consultation publique sur la stratégie énergétique de l’Agglomération des Îles-de-la-Madeleine se poursuit jusqu’au 13 avril, date limite pour exprimer son opinion (plus d’info sur www.muniles.ca).

Source : Marianne Papillon, porte-parole de l’AMSÉE, amsee.ca@outlook.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.